Le magazine


Roland Garros, rendez-vous porte d'Auteuil

vendredi 19 mai 2017

Partager sur :

  • Vue d'un jeu de paume, Paris, musée Carnavalet
    Vue d'un jeu de paume, Paris, musée Carnavalet
    (C) RMN-Grand Palais / Agence Bulloz

Comme chaque année, la crème du tennis mondial se retrouvera du 22 mai au 11 juin pour 15 jours de compétition féroce sur la terre ocre de Roland Garros. Riche en iconographie sportive et récréative, les collections de l’Agence vous retracent l’histoire de la célèbre compétition.

Les Internationaux de France font partie des quatre tournois du Grand Chelem, saint Graal de tout champion de tennis qui se respecte. Ils succèdent dans la saison tennistique à l’Open d’Australie (surface rapide), précèdent Wimbledon (herbe) et l’US open (surface rapide).

Mais d’où vient le mot tennis et pourquoi ce stade s’appelle Roland Garros ?

Le tennis est une adaptation anglaise du Jeu de Paume. Le mot provient du français « tenez » mot que l’on adressait à l’adversaire au moment de servir. Déformé en anglais c’est devenu « tenetz », « teneys », « tenes », pour finir par le mot actuel tennis. La première mise en jeu s’effectuant à quinze pas, puis trente, puis quarante d’où la façon particulière de compter les points dans le tennis moderne. A la suite de la bataille d’Azincourt en 1415, le duc d’Orléans fut emprisonné pendant plus de vingt ans en Angleterre. C’est donc lors de cette captivité que le duc introduisit chez les Anglais le jeu de paume qu’il pratiquait quotidiennement. Le tennis est né entre 1850 et 1870 soit plus de quatre siècles plus tard sur herbe en Angleterre.

A Paris, l’histoire commence en 1891 avec la création des Championnats de France sur terre battue. Réservés aux joueurs inscrits dans les clubs français, ils se jouent dans différents endroits. En 1925, un tournant majeur intervient : l’épreuve est ouverte aux joueurs étrangers, les Internationaux de France sont nés. C’est l’âge d’or du tennis français : chez les dames, Suzanne Lenglen domine de 1920 à 1926 en France et ailleurs. Elle meurt en pleine gloire à l’âge de trente-neuf ans d’une leucémie. Chez les messieurs, les fameux mousquetaires Cochet, Lacoste, Borotra et Brugnon règnent en maîtres. Magnifiques vainqueurs de la Coupe Davis à Philadelphie en 1927, ils reviennent à Paris en héros. Pour la revanche en France en 1928, la décision est prise de construire un stade digne de recevoir le saladier d’argent. Gloire soit rendue au quatuor. C’est Emile Lesieur qui finance en partie la construction du stade et c’est lui qui impose le nom de Roland Garros, un ami et ancien condisciple d’HEC.

Le stade des Internationaux de France ne porte donc pas le nom d’un champion de tennis mais de Roland Garros qui a marqué l’histoire loin de la terre battue. C’est un héros de guerre, pionnier de l’aviation mort pour la France dans un combat aérien en 1918. Il a réussi la première traversée de la Méditerranée en 1913. Le stade est inauguré le 18 mai 1928, dix ans après sa mort. La Coupe Davis est restée en France cette année-là. Depuis, les seuls français à avoir gagné le tournoi le plus exigeant du Grand Chelem sont Françoise Durr en 1967, Mary Pierce en 2000 et Yannick Noah en 1983.

Restons positifs et préparons-nous à faire l’incontournable holà pour la nouvelle génération tricolore.  

À découvrir

Saviez-vous que le vélo n'a que 200 ans?
Inspirations et produits
Saviez-vous que le vélo n'a que 200 ans?
jeudi 22 février 2018
Depuis près de deux siècles, nos rues sont envahies de curieux engins qui imposent le partage de l'espace public aux piétons. Silencieux,...
voir l'article