Le magazine


Vermeer et les maîtres de la peinture de genre

jeudi 02 mars 2017

Partager sur :

  • The Lacemaker; Johannes Vermeer, Musée du Louvre
    La Dentellière, Vermeer Johannes. Paris, musée du Louvre
    Photo (C) RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot

À travers une sélection d’œuvres de Vermeer et de ses contemporains, nous vous proposons de voyager à travers le temps et de partager quelques instants de vie de La Laitière ou de La Jeune Fille à la Perle.

Johannes ou Jan Van Der Meer dit Vermeer de Delft nait à Delft en 1632 et y meurt en 1675. Il exerce son activité de peintre sur une durée de vingt ans.

Vermeer connu à son époque pour être un peintre de genre, doit son succès aux riches commanditaires mais aussi pour son sens de la couleur et de la maîtrise de la lumière. Malgré, ce succès et la demande de ses mécènes, il ne peint en moyenne que trois tableaux par an et sa notoriété se cantonne à la province de Delft. La Laitière et la Jeune Fille à la perle sont les plus connues parmi la quarantaine de peintures qu'on lui attribue jusqu'à aujourd'hui.

A l’instar de Rembrandt, Vermeer est considéré comme un maître du Siècle d’or néerlandais. Néanmoins, il se distingue par ses scènes de genre que l'on retrouve dans les tableaux comme Chez l'Entremetteuse et La Lettre d’Amour.

Vermeer figure dans la catégorie des peintres baroques Hollandais avec ses contemporains Pieter de Hooch, Gabriel Metsu, Gérard Dou etc. Les artistes de ce courant s’intéressaient essentiellement à la perspective et la mise en scène, jouant de la lumière dans la représentation de leurs thèmes de prédilections : les rues, les églises, les intérieurs, les cours et les jardins.
Dans son œuvre, Vermeer se montre très attentif aux problèmes de perspective et à la restitution des atmosphères domestiques dans la tradition intimiste de la peinture de genre hollandaise. Elle obéit à ses codes iconographiques, en lui conférant une dimension morale.

Après sa mort, il tombe dans l'oubli le plus total. La Gazette des Beaux-Art publie en décembre 1866 une série de trois articles d’Étienne-Joseph-Théophile Thoré, sous le pseudonyme de William Bürger, cet article remet en lumière le travail de Vermeer.


L’exposition Vermeer et les maîtres de la peinture de genre, permet aux visiteurs de comprendre comment Vermeer et les peintres de scènes de genre de son époque se dépassaient pour composer des scènes élégantes et raffinées, en représentant un quotidien idéalisé.