Le magazine


Ouverture du musée Camille Claudel

vendredi 24 mars 2017

Partager sur :

  • La petite châtelaine, Camille Claudel, Roubaix, La Piscine, musée d'Art et d'Industrie André Diligent
    La petite châtelaine, Camille Claudel, Roubaix, La Piscine, musée d'Art et d'Industrie André Diligent
    Photo (C) Musée La Piscine (Roubaix), Dist. RMN-Grand Palais / Arnaud Loubry

Le musée Camille Claudel, consacré à la célèbre sculptrice ouvre ses portes le 26 mars 2017.

Née en 1864, à Fère-en-Tardenois, elle se prend de passion pour la sculpture en découvrant le potentiel de l’argile ramassé sur les hauteurs de Nogent avec son petit frère Paul. Grace au soutien de son père, elle entre à 19 ans comme assistante dans l’atelier de Rodin. De vingt-quatre ans son aîné, Rodin déjà en couple avec Rose Beuret, devient son maître dans l'acquisition de la technique et son amant dans une relation qui deviendra destructrice.

Au détriment de son propre accomplissement artistique, Camille participe à modeler plusieurs œuvres importantes de Rodin comme la Porte de l’Enfer. Elle a besoin de la reconnaissance de ses pairs et du soutien de Rodin, qui dira d'elle  « Je lui ai montré où trouver de l'or, mais l'or qu'elle trouve est bien à elle. ». Camille attend plus de son mentor : la reconnaissance de son talent et de son œuvre personnelle.

Sortie meurtrie de cette relation et de tant d’années de passion et de déchirements, elle ne parvint jamais à vivre de son art. Artiste au caractère impulsif et intransigeant, elle sombre peu à peu dans la folie. En 1912, dans un élan de désespoir, elle détruit une grande partie de ses œuvres. Sa famille la fait interner à l’asile de Ville-Évrard et elle passera les trente dernières années de sa vie enfermée. Même son frère, Paul, dont elle était très proche vient rarement la voir.

Un musée pour que l’ombre de Rodin n’éclipse pas l’éclat de Camille Claudel

La collection Camille Claudel du musée de Nogent-sur-Seine a principalement été réunie par la petite-nièce de l’artiste, Reine-Marie Paris, puis complétée d'achats grâce aux mécènes et Fonds du patrimoine. Les pièces présentées s'attachent à reconstituer l'itinéraire artistique de Camille, allant des productions pour le Salon des artistes français de 1885 jusqu'aux œuvres de la fin de sa période de création.

Parce que son œuvre bouleverse l’âme, que les mouvements de ses personnages sont d’une sensationnelle expressivité, nous vous présentons ici quelques-unes de ses plus belles œuvres.